Voodoo Men, journal de bord, épisode 6/8

EPISODE 6 : l’étape la plus longue … le mixage …

J’avais déjà fait du mixage pour des petits projets, mais mener cette étape sur 14 morceaux, en faisant en sorte d’obtenir quelque chose de propre, mais vivant, d’homogène … pas évident pour un amateur !

1383716_10151715239699007_1297756962_nLe processus a donc été long et fastidieux : déterminer les réglages adaptés à chaque instrument, gérer les niveaux, ensuite les effets, les bus, le routage des pistes, supprimer toutes les chutes inutiles, monter les quelques solos ré-enregistrés, gérer les chœurs etc … un vrai travail de fourmi !

Studio One Pro est un logiciel vraiment conçu pour les musiciens, heureusement que je ne suis pas parti sur Cubase au moment où je me posais la question de quel logiciel acheter ! Il permet une prise en main rapide et s’adresse vraiment aux musiciens. De plus les forums dédiés sur internet, hébergés par Presonus, fourmillent d’informations et de conseils très utiles, et les réponses des techniciens sont très rapides.

J’ai du réaliser pas moins d’une dizaine de mix différents avant d’obtenir un résultat qui plaisait à mes oreilles et celles des copains … j’ai bien évidemment commis les erreurs de débutant comme beaucoup trop compresser le son, avec les phénomènes de pompage qui en découlent …

J’ai notamment eu de gros soucis avec la prise de son de la basse : le signal délivré par l’ampli Roland n’était vraiment pas beau : beaucoup de bruit, de parasites … On se demande ce qui s’est passé …

Bref heureusement que Studio One possède un bon émulateur d’ampli basse, ainsi j’ai pu retravailler toutes les parties de basse à partir de la prise directe via Ampire … J’ai juste gardé le gros son de basse du Roland pour les parties solos de Rodz, en allant loin dans le traitement pour rendre le signal moins bruité, mais en gardant malgré tout ce gros son qu’aime Rodz !i5

Ne pas avoir confié l’étape du mixage à un studio, nous a notamment permis de bien arranger certaines parties en post-prod : ajout de bruitages : tonnerre, pluie,  de jouer avec la voix caverneuse de Rodz, faire un clin d’œil à un célèbre vieux dessin animé de Disney en introduction de « La Chatte », d’ajouter des claps, des claquements de doigt au fur et à mesure que le mixage avançait … bref des petites choses qui demandent du temps et que nous n’aurions pu nous permettre en studio …

C’est à cette étape que j’ai réalisé combien le soin apporté à la prise de son était important : le fait d’avoir doublé la prise de son basse a permis de sauver les meubles par exemple ! Et surtout je suis très content de ne pas avoir utilisé d’émulation numérique pour la guitare et l’harmonica.

La prise de son ayant été réalisée avec 2 micros, l’un devant la membrane du HP des amplis, et l’autre plus loin dans la pièce, je disposais de 2 voies pour le même instrument, et j’ai pu recréer une sensation d’espace au mixage sans trop ajouter d’effets.

Lors de l’enregistrement de notre premier album, l’ingé-son, Yannick, avait réalisé la prise de son de l’harmonica en direct sur console, et ensuite ajouté de la saturation en émulation : le son obtenu sonnait soit trop propre, soit trop saturé à notre goût -d’ajourd’hui- . Attention, ce n’est pas la faute de Yannick, mais de la notre, nous n’avions pas assez d’expérience pour l’harmonica, et Yannick a très bien géré.

Aujourd’hui Momone possède un ampli tous lampes avec un micro spécifique pour son harmonica : il a un super son blues que nous n’avions pas auparavant : j’ai juste traité la prise de son comme une prise de son type « ampli guitare ».

C’est marrant, car je harmossuis un geek adepte des joujous numériques, mais en terme de musique, je reste amoureux du vrai, et je préfère sonoriser un ampli guitare, une vraie batterie, plutôt qu’utiliser une batterie électronique, ou trigger une acoustique, et je préfère sonoriser un ampli que de faire du direct sur console …

Le défi pour la prochaine fois, sera la prise de son de la basse, je pense qu’il faudra aller plus loin, et acheter un bon micro basse pour la reprise de l’ampli de Rodz. Ce qui est le plus difficile finalement, c’est de restituer sur enregistrement le son que les musiciens aiment entendre, « leur son » …

Bon, ceci-dit, en tant qu’apprenti « ingé-son », cette étape mixage sera totalement reprise plus tard … après avoir tenté les premiers essais de … mastering … !

La suite au prochain épisode …

Episode 1/8 : introduction
Episode 2/8 : préparatifs de l’enregistrement
Episode 3/8 : premier jour d’enregistrement : 28 octobre 2013
Episode 4/8 : deuxième jour d’enregistrement : le 29 octobre
Episode 5/8 : troisième jour d’enregistrement : le 30 octobre
Episode 6/8 : l’étape la plus longue … le mixage …
Episode 7/8 : le mastering
Episode 8/8 : visuels et finalisation du projet